Annonce 04/11/2021

Bonjour à tous les paysans !

Après l’annulation de la Coupe de France l’année dernière, celle qui vient de s’achever est d’ors et déjà un franc succès à tout point de vue : une participation toujours bonne avec 91 joueurs (soit un joueur de plus qu’en 2019), une ambiance excellente avec des archétypes variés et originaux. La CDF est un moment important pour notre format, notamment du fait que c’est le tournoi le plus important en terme de nombre de joueurs. Il permet de prendre la température et de remettre en question l’équilibre des différents jeux du format, en fournissant aussi de nombreuses données. Ces derniers temps, notre format a été chamboulé par des éditions comme Commander Legend, et ces nombreuses cartes communes avec la mécanique cascade, ou Modern Horizon 2 qui a donné à Affinity des bilands indestructibles et le « Compagnon du sojourner ». De plus, l’édition de « Retour au Pays » en commune, sous la forme d’une carte invoquée sur MTG Arena, amène elle aussi son lot d’interrogations.

L’heure est donc venue de faire le bilan. Le comité se doit d’être à l’écoute de la communauté et la CDF est l’endroit parfait, en complément du forum de Magicville et du Discord, pour sonder les joueurs. Il est cependant important de rester objectif et de ne pas prendre tous les avis sans discernement. Chaque joueur a son propre ressenti issu de ses expériences de jeu et de sa vision personnelle. La CDF a été révélatrice de la puissance, jusque-là plus ou moins discrète, de la puissance de « Transfert » (Channel). Des jeux combos variés, usant de cette carte, ont été représentés lors de ce week-end : la version Cascade bien sûr, mais aussi une version originale basée sur « Résister à la tempête » imprégné par « Rêve éternel ».

Affinity

Cet archétype a connu cette année une amélioration significative avec une base de mana plus stable et moins sensible à la hate. C’était jusque-là son principal talon d’Achille qui l’empêchait de développer son plein potentiel. Libéré en partie de cette faiblesse et armé d’une 4/4 supplémentaire, le jeu est devenu extrêmement consistant. Les versions actuelles sont devenues plus midrange, avec un départ plus lent, mais un milieu et fin de partie très dense en menaces et en pioches. L’archétype peut varier de très agressif à très contrôle, en ayant la possibilité d’embarquer la combo « Atog-Fling ».

Par sa présence conséquente, Affinity a tendance à écraser les autres jeux agressifs, ces derniers luttant mal contre des créatures plus grosses, de la pioche et de la gestion comme le « Shamane du Clan Krark ». Bien qu’Affinity ait des concurrents sérieux et doivent faire face à de la hate conséquente, il semble nécessaire de l’affaiblir, ne serait-ce que pour redonner aux jeux agressifs la place qui leur revient. En effet, lors de cette CDF, la plus part des archétypes ont été représentés, mais un jeu pourtant très populaire a cependant brillé par son absence… MGA souffre en effet de l’ombre d’Affinity et personne n’a souhaité prendre le risque de s’y exposer.

Plusieurs possibilités de bannissement s’offrent à nous :

  • Les terrains artefacts indestructibles, mais il est dommage de se priver de l’interaction avec « incendie purificateur ». Bien que puissante, celle-ci n’a pas démontré qu’elle était nocive. Jund étant le jeu qui la joue le plus, il n’a pas spécialement brillé malgré une bonne représentation (6 joueurs)

  • « Compagnon du Séjourneur » ou « Argousin Myr », mais ces créatures peuvent être gérées de différentes manières par la plupart des jeux.

  • « Shamane du clan Krark », la carte est sans doute le mass removal commun le plus efficace du format et est un garde-fou face à aggro, en particulier Elfe et Slivoïde.

  • « Jet »(« Fling »), mais il existe différentes cartes qui font le même effet, certes moins bien (« fureur de Kazuul » en unco ou d’autres en rituel) mais cela ne changera pas vraiment le problème.

  • Enfin « Atog », la carte a son strict équivalent en unco « Intru vorace », cela n’empêche pas de continuer à jouer une bête similaire, mais force à faire des concessions sur les uncos. « Atog » tout seul peut déjà poser des problèmes à aggro, en tant que bloqueur quasi- invulnérable sans removal autre qu’un blast. Il met une pression sur le board en obligeant à tourner autour pour éviter une attaque létale. Avec « Jet » le problème devient encore plus complexe à gérer sans contre, il suffit de 10 artefact pour finir une partie, même en étant complètement dominé. Ce côté game breaker sur un top deck donne au jeu un plan combo assez simple à mettre en place et qui ne coûte pas de place en unco.

Le power level d'Atog nous pousse donc à le bannir, il l'a d'ailleurs déjà été par le passé.

Channel

La carte est ancienne, mais elle a révélé son plein potentiel en Peasant avec l’édition de « Colosse du Maelstrom », ainsi que les autres créatures communes avec la cascade. Avec « Dévastateur d’Ulamog, » le pack possède plusieurs menaces susceptibles d’aller au bout. Le pack est stable grâce à « Bouffée de violence » qui permet de jouer virtuellement 8 « Transfert ». De plus, les terrains pouvant générés deux manas mettent à l’abri de « Daze », tout en donnant la possibilité de hard caster les créatures. Le jeu consiste donc à savoir faire mulligan, le reste se déroulant de façon assez simple. En posant plusieurs menaces tour 2 ou 3, il est difficile de les gérer et le jeu peut tourner autour des contres grâce à la cascade.

D’autre part, lors de la CDF un jeu Channel Storm a démontré en arrivant 9e qu’il était possible de faire un jeu combo stable pouvant partir tour 2 ou 3. Ce plan ne craint pratiquement que les contres, car il ne repose que partiellement sur une créature pour tourner. Ces deux exemples d’utilisation de « Channel » posent problème dans le sens où ils sont stables, rapides et difficiles à contrer par la plupart des autres archétypes et donc polarisent trop la métagame. Il est remarquable de voir autant de combo à la CDF, mais garder « Channel » semble trop malsain. De plus, la carte ne peut que gagner en puissance avec l’arrivée de nouvelles cartes, ainsi que par la capacité de certains à innover et à perfectionner son utilisation. Afin de maintenir un format sain « Channel » est désormais bannie.

Modification de la règle de construction d'un deck du format Peasant :

Actuellement, la règle stipule : “ La rareté d'une carte est définie comme la rareté la plus basse parmi les raretés présentes sur le Gatherer.

Cette règle est modifiée par l'ajout suivant : à condition que cette rareté soit celle d'une carte avec laquelle le joueur peut commencer une partie. En d'autres termes, on ne peut considérer la rareté d'une “invocation” .

La règle de construction devient donc :

La rareté d'une carte est définie comme la rareté la plus basse parmi les raretés présentes sur le Gatherer à condition que cette rareté soit celle d'une carte avec laquelle le joueur peut commencer une partie. En d'autres termes, on ne peut considérer la rareté d'une “invocation” .

Cela a pour effet, par exemple, que la carte Retour au pays ne peut plus être considérée comme commune, mais bel et bien comme peu commune.

Dans le cas précis de Retour au pays, ce choix est conforté par le fait que cette carte était un garde-fou au deck Channel Cascade qui n'existera plus. En reconsidérant Retour au pays peu commune, des decks comme Réanimator, Infect, Heroic, Red Assault, et aggro en général peuvent de nouveau briller dans le format de manière régulière sans non plus inonder le format.

Toutes ces mesures sont effectives à partir du samedi 6 novembre 2021.

Conclusion

Le comité espère par ses choix arriver à maintenir un format équilibré et convivial. Nous rappelons à chacun que ces décisions sont motivées par cet objectif, dans un souci d’objectivité. D’autre part, le comité reste ouvert à la discussion, du moment que celle-ci est argumentée, constructive, neutre et respectueuse. Nous ne sommes pas infaillibles ni omniscients et restons vigilants sur l’évolution du format. Ils ne vous reste plus qu’à explorer les possibilités qui vous sont offertes, elles ont rarement été aussi nombreuses !